Langue - Français
Русский
 





Nycto - Résumé des caractéristiques du médicament

Le médicament Nycto appartient au groupe appelés Mydriatiques - Anticholinergiques. Cette spécialité pharmaceutique a un code ATC - S01FB01.

Principe actif: PHÉNYLÉPHRINE
Titulaires de l'autorisation de mise sur le marché:

PIERRE FABRE MEDICAMENT (FRANCE) - Nycto - collyre - 120 mg - - 1985-11-26


Partager sur les réseaux sociaux:



Formes pharmaceutiques et Dosage du médicament

  • collyre - 120 mg

Сlassification pharmacothérapeutique:

Classification ATC:

Le médicament Nycto enregistré en France

Nycto collyre

PIERRE FABRE MEDICAMENT (FRANCE)
Dosage: 120 mg

Composition et Présentations

PHÉNYLÉPHRINE (CHLORHYDRATE DE)120 mg

Posologie et mode d'emploi Nycto collyre

Collyre en solution
Voie ophtalmique.
Ne pas toucher l'œil ou les paupières avec l'embout du récipient unidose.
En moyenne: suivant les cas, 1, 2 ou 3 instillations à 10 minutes d'intervalle afin d'obtenir la dilatation pupillaire désirée.

Présentations et l’emballage extérieur


Comment utiliser, Mode d'emploi - Nycto

Indications

Indications - administration par voie oculaire

Ce collyre est indiqué pour obtenir :
une mydriase à visée diagnostique,
une mydriase thérapeutique,
une mydriase pré-opératoire.

Pharmacodynamique

La phényléphrine est un puissant vasoconstricteur agissant par stimulation quasi exclusive des récepteurs alpha 1 adrénergiques. Cette vasoconstriction artérielle s'accompagne également d'une vasoconstriction veineuse qui entraîne une augmentation de la pression artérielle, et une bradycardie réflexe. La puissante vasoconstriction artérielle provoque une augmentation des résistances à l'éjection ventriculaire (augmentation de la post-charge), entraînant une diminution du débit cardiaque. Ce phénomène est moins prononcé chez le sujet sain, mais peut être responsable d'une aggravation en cas d'insuffisance cardiaque pré-existante.

Pharmacocinétique

Pharmacocinétique - administration par voie oculaire

Il n'y a pas de données pertinentes publiées concernant la biodisponibilité oculaire de la phényléphrine. Il est extrêmement difficile de savoir quelle quantité de principe actif arrive à l'œil. Seule une faible proportion du volume d'une goutte atteint la chambre antérieure de l'œil pour une action locale. Le reste est drainé rapidement par le canal lacrymo-nasal ; ce drainage favorise un passage systémique à l'origine d'effets indésirables potentiellement graves. On peut estimer que 90% de la quantité de principe actif qui arrive à l'œil passera dans la circulation générale. La phényléphrine administrée localement par voie oculaire peut passer dans la circulation générale par trois voies : par les vaisseaux de la conjonctive, par le segment antérieur de l'œil et par les muqueuses nasales et oropharyngées. La phényléphrine passe alors directement dans la circulation sanguine sans subir de premier passage hépatique. Chez le nouveau-né, on considère que le passage de la phényléphrine dans la circulation générale suite à une administration locale est plus important en raison d'un volume lacrymal plus faible, d'un volume plasmatique moins important et d'un système métabolique encore immature. La pénétration oculaire dépend de l'état de la cornée. Lorsque l'épithélium est altéré, la fonction barrière de la cornée et l'activité locale métabolique sont réduites, ce qui peut générer une absorption plus importante. Il convient donc d'être prudent en utilisant le collyre à 2,5% chez le prématuré, le nouveau-né, le nourrisson, les personnes âgées et les patients souffrant de diabète, d'hypertension artérielle, d'hyperthyroïdie, d'artériosclérose généralisée ou d'autres maladies cardiovasculaires, pour lesquels la tension artérielle doit être attentivement contrôlée.

Effets indésirables

Effets indésirables - administration par voie oculaire

Effets indésirables oculaires
Mydriase gênante, photophobie.
Risque de glaucome aigu par fermeture de l'angle.
Possibilité d'irritation ou de picotements transitoires.
Possibilité de réactions allergiques : blépharite, conjonctivite, kératite ponctuée superficielle.
Effets indésirables systémiques
La phényléphrine en collyre passe dans la circulation générale et peut entraîner des effets systémiques dont il faut tenir compte :
Elévation de la pression artérielle, tachycardie.
Chez le prématuré et nouveau-né : possibilité de malaise, pauses respiratoires, hypertension artérielle, bradycardie, désaturation ; l'effet vasoconstricteur peut entraîner une souffrance mésentérique et potentialise l'effet sur le tube digestif d'un collyre atropinique souvent coadministré.
Tremblements, pâleur, céphalées.
Risque d'accidents majeurs tels que :
Hypertension sévère. Œdème pulmonaire, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, troubles du rythme.
Effets indésirables cutanés
Eczéma de contact.
Population pédiatrique
Pâleur périorbitaire chez les patients prématurés – Fréquence inconnue (ne peut être estimée sur la base des données disponibles).

Contre-indications

La phényléphrine ne doit pas être utilisée :
chez les patients souffrant d'hypertension sévère ou une maladie vasculaire périphérique en raison du risque de gangrène ischémique ou thrombose vasculaire,
en association avec les IMAO non sélectifs (ou dans les 2 semaines suivant leur arrêt) en raison du risque d'hypertension paroxystique et d'hyperthermie pouvant être fatale ,
chez les patients souffrant d'hyperthyroïdie sévère.

Grossesse/Allaitement

Grossesse
Compte-tenu des puissantes propriétés vasoconstrictives de ce médicament, son utilisation est déconseillée au cours de la grossesse. Il n'y a pas de données concernant le passage de la phényléphrine dans le lait maternel.
Allaitement
Compte tenu des propriétés vasoconstrictives de la phényléphrine et de la survenue possible d'effets cardiovasculaires et neurologiques chez le nourrisson, la prise de ce médicament est contre-indiquée pendant l'allaitement.

Surdosage

Les symptômes de surdosage comprennent des maux de tête, des nausées, des vomissements, de la psychose paranoïaque, des hallucinations, de l'hypertension et de la bradycardie réflexe. Des arythmies cardiaques telles que les extrasystoles ventriculaires (ESV) et de courts épisodes paroxystiques de tachycardie ventriculaire peuvent se produire.
Le traitement doit consister en des mesures symptomatiques et de soutien. Les effets hypertenseurs peuvent être traités avec un médicament alpha bloquant des récepteurs adrénergiques, comme la phentolamine.

Interactions avec d'autres médicaments

Prudence avec les dérivés halogénés (risque de troubles du rythme ventriculaire).
Antagonisme de la réserpine et de la méthyldopa.
Associations déconseillées
IMAO non sélectif: crises hypertensives (inhibition du catabolisme des aminés pressives). Du fait de la longue action des IMAO cette interaction est encore possible 15 jours après l'arrêt de l'IMAO.
Guanéthidine et apparentés: majoration de l'effet hypertenseur de la phényléphrine. Si l'association ne peut être évitée, utiliser sous surveillance étroite.
Associations contre-indiquées
+ Autres sympathomimétiques indirects (phénylpropanolamine, éphédrine, pseudoéphédrine, méthylphénidate):
Risque de vasoconstriction et/ou de crises hypertensives.

Nycto collyre.Comment utiliser,posologie,mode d'emploi et contre-indications.Les analogues- Medzai.net

L'accès aux informations contenues dans ce Site est ouvert à tous les professionnels de santé.
Les informations données sur le site le sont à titre purement informatif.
Toutefois l'utilisateur exploite les données du site Medzai.net sous sa seule responsabilité : ces informations ne sauraient être utilisées sans vérification préalable par le l’internaute et Medzai.net ne pourra être tenue pour responsable des conséquences directes ou indirectes pouvant résulter de l'utilisation, la consultation et l'interprétation des informations fournies.

Repertoire des medicaments - Medzai.net, © 2016-2019