Langue - Français
Русский
 





Principe actif -Tobramycine

Tobramycine - Pharmacocinétique et effets indésirables. Les médicaments avec le principe actif Tobramycine - Medzai.net
Dénomination commune internationale:
TOBRAMYCIN
Numéro CAS:
32986-56-4
Formule brute:
C18H37N5O9
Nomenclature de l'UICPA:
(2S,3R,4S,5S,6R)-4-amino-2-[(1S,2S,3R,4S,6R)-4,6-diamino-3-[(2R,3R,5S,6R)-3-amino-6-(aminomethyl)-5-hydroxy-tetrahydropyran-2-yl]oxy-2-hydroxy-cyclohexoxy]-6-(hydroxymethyl)tetrahydropyran-3,5-diol

(2S,3R,4S,5S,6R)-4-amino-2-[(1S,2S,3R,4S,6R)-4,6-diamino-3-[[(2R,3R,5S,6R)-3-amino-6-(aminomethyl)-5-hydroxy-2-oxanyl]oxy]-2-hydroxycyclohexyl]oxy-6-(hydroxymethyl)oxane-3,5-diol

Partager sur les réseaux sociaux:

TOBRAMYCINE - Composés chimiques

TOBRAMYCINE
Dénomination commune internationale:
TOBRAMYCIN
Numéro CAS:
32986-56-4
Formule brute:
C18H37N5O9
Nomenclature de l'UICPA:

(2S,3R,4S,5S,6R)-4-amino-2-[(1S,2S,3R,4S,6R)-4,6-diamino-3-[(2R,3R,5S,6R)-3-amino-6-(aminomethyl)-5-hydroxy-tetrahydropyran-2-yl]oxy-2-hydroxy-cyclohexoxy]-6-(hydroxymethyl)tetrahydropyran-3,5-diol

(2S,3R,4S,5S,6R)-4-amino-2-[(1S,2S,3R,4S,6R)-4,6-diamino-3-[[(2R,3R,5S,6R)-3-amino-6-(aminomethyl)-5-hydroxy-2-oxanyl]oxy]-2-hydroxycyclohexyl]oxy-6-(hydroxymethyl)oxane-3,5-diol

SULFATE DE TOBRAMYCINE
Dénomination commune internationale:
TOBRAMYCIN SULFATE
Numéro CAS:
49842-07-1
Formule brute:
C18-H37-N5-O9.5/2H2-O4-S
Nomenclature de l'UICPA:

(2S,3R,4S,5S,6R)-4-amino-2-[(1S,2S,3R,4S,6R)-4,6-diamino-3-[(2R,3R,5S,6R)-3-amino-6-(aminomethyl)-5-hydroxy-tetrahydropyran-2-yl]oxy-2-hydroxy-cyclohexoxy]-6-(hydroxymethyl)tetrahydropyran-3,5-diol;sulfuric acid

(2S,3R,4S,5S,6R)-4-amino-2-[(1S,2S,3R,4S,6R)-4,6-diamino-3-[[(2R,3R,5S,6R)-3-amino-6-(aminomethyl)-5-hydroxy-2-oxanyl]oxy]-2-hydroxycyclohexyl]oxy-6-(hydroxymethyl)oxane-3,5-diol;sulfuric acid

TOBRAMYCIN HYDROCHLORIDE
Numéro CAS:
95188-93-5
Formule brute:
C18H37N5O9.ClH
TOBRAMYCIN CARBAMATE
Numéro CAS:
51736-77-7
Formule brute:
C19H38N6O10

Tobramycine - dans les pharmacopées des pays suivants:

Pharmacopée britannique
tobramycin
- BAN (British Approved Name)
Pharmacopée Française
tobramycine
- DCF (Dénominations Communes Françaises)
Pharmacopée japonaise
tobramycin
- JAN (Japanese Accepted Name)
Pharmacopée d'état de la Fédération de Russie
Тобрамицин
Pharmacopée américaine
tobramycin
- USP (United States Pharmacopeia)
Pharmacopée d'Italie
tobramicina
- DCIT (Denominazione Comune Italiana)
Pharmacopée européenne
tobramycin
- Ph.Eur.
Pharmacopée indienne
tobramycin
- IP
Pharmacopée internationale
tobramycinum
Pharmacopée chinoise
妥布霉素


Сlassification pharmacothérapeutique:

Classification ATC:

Formes pharmaceutiques TOBRAMYCINE

  • collyre
  • collyre en solution
  • pommade
  • poudre pour inhalation en gélule
  • solution injectable
  • solution injectable IM - IV
  • solution pour inhalation
  • solution pour inhalation par nébuliseur
  • solution pour perfusion

Pharmacodynamique

SPECTRE D'ACTIVITE ANTI-BACTERIENNE
Les concentrations critiques séparent les souches sensibles des souches de sensibilité intermédiaire et ces dernières, des résistantes :
S ≤ 4 mg/l et R > 8 mg/l
La prévalence de la résistance acquise peut varier en fonction de la géographie et du temps pour certaines espèces. Il est donc utile de disposer d'informations sur la prévalence de la résistance locale, surtout pour le traitement d'infections sévères. Ces données ne peuvent apporter qu'une orientation sur les probabilités de la sensibilité d'une souche bactérienne à cet antibiotique.
Lorsque la variabilité de la prévalence de la résistance en Europe est connue pour une espèce bactérienne, elle est indiquée dans le tableau ci-dessous :
Catégories
Fréquence de résistance acquise en Europe (> 10%) (valeurs extrêmes)
ESPÈCES SENSIBLES
Aérobies à Gram positif
Corynebacterium
Listeria monocytogenes
Staphylococcus aureus méticilline-sensible
Staphylocoque coagulase-négative méticilline-sensible
Aérobies à Gram négatif
Acinetobacter
Acinetobacter baumannii
Branhamella catarrhalis
Campylobacter
Citrobacter freundii
Citrobacter koseri
Enterobacter aerogenes
Enterobacter cloacae
Escherichia coli
Haemophilus influenzae
Klebsiella
Morganella morganii
Proteus mirabilis
Proteus vulgaris
Pseudomonas aeruginosa
Salmonella
Serratia
Shigella
Yersinia
0 - 12 %
0 - 20 %
0 - 40 %
0 - 16 %
0 - 65 %
0 - 14 %
0 - 11 %
0 - 12 %
0 - 36 %
0 - 66 %
ESPÈCES MODÉRÉMENT SENSIBLES
(in vitro de sensibilité intermédiaire)
Aérobies à Gram négatif
Pasteurella
ESPÈCES RÉSISTANTES
Aérobies à Gram positif
Entérocoques *
Nocardia asteroïdes
Staphylococcus méti-R **
Streptococcus
Aérobies à Gram négatif
Alcaligenes denitrificans
Burkholderia cepacia
Flavobacterium sp.
Providencia stuartii
Stenotrophomonas maltophilia
Anaérobies
Bactéries anaérobies strictes
Autres
Chlamydia
Mycoplasmes
Rickettsies
* Dans certaines indications, la tobramycine peut être utilisée en association, en particulier avec les bêta-lactamines (septicémies, endocardites) à l'exception des infections à Enterococcus faecium. Toutefois, la synergie est abolie lorsque les espèces impliquées (streptocoques, entérocoques) présentent une résistance acquise de haut niveau à la tobramycine.
** La fréquence de résistance à la méticilline peut atteindre 50 % de l'ensemble des staphylocoques dans certains pays européens et se rencontre surtout en milieu hospitalier.

Pharmacocinétique

Pharmacocinétique - TOBRAMYCINE - usage parentéral

Absorption - Distribution
Concentrations sanguines : après injection intramusculaire. Les pics sériques de la tobramycine s'observent entre la 30ème et la 60ème minute. L'administration intramusculaire d'une dose de 1 mg/kg de poids corporel permet d'obtenir des pics sériques de l'ordre de 4 à 6 mcg/ml on retrouve des taux mesurables pendant au moins huit heures. Après perfusion I.V. d'une heure, les taux sériques sont similaires à ceux obtenus par voie I.M. Après injection I.V. directe d'une dose unique de 1,5 mcg/kg, les pics sériques vont de 9,2 à 29,8 mcg/ml. Ces taux tombent à moins de 11 mcg/ml en quinze minutes.
La demi-vie sérique chez le sujet normal est de deux heures (méthode microbiologique).
Diffusion humorale et tissulaire : la tobramycine est présente dans les tissus et les humeurs après administration parentérale. Dans la bile et les selles les concentrations de tobramycine sont généralement faibles, témoignant ainsi d'une excrétion biliaire négligeable. Dans le liquide céphalorachidien les taux sont bas après administration parentérale. La tobramycine a également été mise en évidence au niveau des expectorations, du liquide péritonéal et des exsudats d'abcès. L'antibiotique traverse les membranes placentaires.
Liaison aux protéines plasmatiques : elle est pratiquement inexistante (méthode des ultrafiltrations).
Élimination
La tobramycine est éliminée sous forme inchangée presqu'exclusivement par filtration glomérulaire. La clairance rénale est identique à celle de la créatinine endogène.
Chez le malade à fonction rénale normale on retrouve dans les urines de huit heures jusqu'à 84 % de la dose administrée un total de 93 % est retrouvé au bout de 24 heures.

Pharmacocinétique - TOBRAMYCINE - administration par voie oculaire

La tobramycine ne passe qu'extrêmement faiblement dans l'humeur aqueuse et est donc peu résorbée dans la circulation systémique.

Dosage

Dosage - TOBRAMYCINE - usage parentéral
Solution injectable
ATTENTION : en l'absence de données, l'administration de TOBRAMYCINE , solution injectable, par voie inhalée n'est pas recommandée
Chez le sujet normo-rénal, la tobramycine peut être administrée par voie intramusculaire et par voie intraveineuse.
Adultes
3 mg/kg/jour en 3 injections également réparties.
Enfants
3 mg/kg/jour en 3 injections I.M. également réparties
Dans les infections mettant en jeu le pronostic vital on peut administrer jusqu'à 5 mg/kg/jour en trois ou quatre injections également réparties. Cette posologie doit être réduite à 4 mg/kg/jour aussitôt que l'état clinique le permet. Pour prévenir la possibilité de toxicité accrue liée à des taux sériques trop élevés, la posologie ne doit pas dépasser 5 mg/kg/jour, sauf si les taux sanguins sont contrôlés.
Nourrissons
3 mg/kg/jour en 3 injections I.M., sous contrôle des taux sériques de l'antibiotique.
Nouveau-nés (à terme ou prématuré)
On peut administrer une posologie atteignant jusqu'à 3 à 4 mg/kg/jour en deux injections I.V. également réparties sous contrôle des taux sériques de l'antibiotique.
Depuis la mise à disposition des aminosides, il a été montré qu'il était possible, par la même posologie quotidienne de réduire le nombre d'administrations. Classiquement le nombre d'injections était de 3 par jour. L'expérience acquise indique qu'en général le nombre d'injections est de 2 voire une seule par jour :
La dose quotidienne peut être administrée en une injection quotidienne (IM ou perfusion courte) :
chez les patients de moins de 65 ans,
à fonction rénale normale,
lorsque le traitement n'excède pas 10 jours,
en l'absence de neutropénie,
à l'exclusion des infections à germes Gram positif,
pour des infections à germes Gram négatif, à l'exclusion des Pseudomonas et des Serratia.
Dans ces circonstances, une efficacité au moins identique et une tolérance parfois meilleure ont été démontrées avec une injection quotidienne par rapport aux modalités classiques (q. 8 heures).
Dans les autres cas, l'administration bi-quotidienne de la dose usuelle est le plus souvent recommandée, en dehors de l'insuffisance rénale qui implique le maintien des mesures habituelles.
Les dosages plasmatiques sont utiles lorsque le traitement doit dépasser 7 à 10 jours ; une concentration résiduelle inférieure à 2 mcg/ml indique que le rythme d'administration choisi est adapté aux capacités d'épuration du patient.
Dosage - TOBRAMYCINE - administration par voie oculaire
Collyre en solution
Instiller 1 goutte 3 à 8 fois par jour dans le cul-de-sac conjonctival inférieur de l'œil.
Dans les infections plus sévères, instiller 1 goutte dans l'œil toutes les heures jusqu'à amélioration, puis réduire progressivement les doses.
L'absorption systémique du médicament peut être réduite par occlusion nasolacrimale ou par fermeture des paupières pendant 3 minutes. Dans ce cas, une diminution des effets systémiques du produit et une augmentation de son activité locale peuvent être observées.
Durée du traitement: 5 à 15 jours.
Pommade
Adultes
2 à 3 fois par jour, dépôt d'une quantité équivalente à un grain de blé dans le cul-de-sac conjonctival inférieur de l'œil.
Dans les infections plus sévères, faire une application toutes les 3 à 4 heures jusqu'à amélioration, puis réduire progressivement les doses.
Durée du traitement : 5 à 15 jours.
Population pédiatrique
TOBRAMYCINE 0,3 %, pommade ophtalmique peut être administré aux enfants âgés d'un an ou plus à la même dose que celle préconisée pour les adultes. La sécurité et l'efficacité de ce médicament chez les enfants âgés de moins d'un an n'ont pas été établies et aucune donnée n'est disponible.
Mode d'administration
En instillation oculaire.
En cas d'utilisation de plusieurs collyres, les instillations doivent être espacées d'au moins 5 minutes. Les pommades ophtalmiques doivent être administrées en dernier.

Indications

Indications - TOBRAMYCINE - usage systémique
Elles procèdent de l'activité antibactérienne et des caractéristiques pharmacocinétiques de la tobramycine. Elles tiennent compte à la fois des études cliniques auxquelles a donné lieu le médicament et de sa place dans l'éventail des produits antibactériens actuellement disponibles.
Elles sont limitées :
aux infections à Bacilles Gram négatif définis ci-dessus comme sensibles, notamment dans leurs manifestations rénales et urologiques.
l'association de la tobramycine avec un autre antibiotique pourra être justifiée dans certaines infections à germes sensibles en se basant sur les données bactériologiques, en particulier dans leurs manifestations :
rénales, urologiques et génitales,
septicémiques et endocarditiques,
méningées (en y adjoignant un traitement local),
respiratoires,
cutanées (staphylococcie cutanée maligne de la face),
articulaires.
Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens.
Indications - TOBRAMYCINE - administration par voie oculaire
Traitement antibactérien local des conjonctivites, des kératites et des ulcères cornéens dus à des germes sensibles à la tobramycine.
Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens.

Contre-indications

Allergie aux antibiotiques de la famille des aminoglycosides.
Myasthénie.
Association aux autres antibiotiques de la famille des aminosides (en cas d'administration simultanée).
Association à l'ataluren.

Effets indésirables

Effets indésirables - TOBRAMYCINE - usage systémique

Néphrotoxicité
Ce médicament appartient à la famille des aminosides pour laquelle des cas d'insuffisance rénale ont été rapportés. Ils étaient, la plupart du temps, en rapport avec une posologie trop élevée ou des traitements prolongés des altérations rénales antérieures, des troubles de l'hémodynamique ou des associations à des produits réputés néphrotoxiques.
Ototoxicité
Ce médicament appartient à la famille des aminosides pour laquelle des cas d'atteinte cochléo vestibulaire ont été signalés. Ils étaient favorisés par une posologie trop élevée, une longue durée du traitement, une insuffisance rénale pré-existante ou par des associations à ries produits ototoxiques.
Des réactions allergiques mineures (rash, urticaire) ont été décrites. Ces phénomènes ont cessé à l'arrêt du traitement.
D'autres effets secondaires ont été rapportés : élévation des transaminases (SGOT GGPT) de la bilirubine sérique, anémie, granulocytopénie et thrombopénie, fièvre, nausées, vomissements, céphalées et somnolence.

Effets indésirables - TOBRAMYCINE - administration par voie oculaire

Démangeaisons.
Irritation et gonflement des paupières.
Erythème de la conjonctive.
En raison de la présence de chlorure de benzalkonium, risque d'eczéma de contact, d'irritation.

Surdosage

En cas de surdosage ou d'atteinte toxique, une hémodialyse ou une dialyse péritonéale peut être mise en place pour procéder à une épuration sérique accélérée de l'antibiotique. Les techniques d'épuration extrarénale sont particulièrement indiquées chez les sujets atteints d'insuffisance rénale.

Grossesse/Allaitement

Grossesse
L'utilisation de ce médicament est déconseillée au cours de la grossesse en raison d'un risque potentiel d'ototoxicité et de néphrotoxicité fœtales. Son utilisation sera strictement limitée aux pathologies infectieuses graves.
En effet, en clinique quelques cas d'atteinte cochléovestibulaire néonatale ont été décrits avec les aminosides, notamment la streptomycine et la kanamycine, et, les études animales ont mis en évidence une atteinte cochléaire et rénale.
Dans le cas d'une exposition à ce médicament en cours de grossesse, une évaluation de la fonction auditive (autoémissions) et rénale du nouveau-né est recommandée.
Allaitement
Le passage des aminosides dans le lait maternel est documenté, cependant les concentrations retrouvées dans le lait sont faibles voire négligeables. Le risque majeur consisterait en une modification de la flore intestinale de l'enfant. En conséquence, l'allaitement est possible en cas de traitement bref (quelques jours) par ce médicament et si la fonction rénale maternelle est normale. En cas de survenue de troubles digestifs chez le nourrisson (candidose intestinale, diarrhée), il est nécessaire d'interrompre l'allaitement.

Interactions avec d'autres médicaments

Eviter de mélanger la tobramycine dans un même flacon ou une même seringue avec un autre médicament, en particulier avec un antibiotique de la famille des bêta-lactamines.
Associations contre-indiquées
+ AUTRES AMINOSIDES
En cas d'administration simultanée : Risque accru de néphrotoxicité et d'ototoxicité (l'ototoxicité est cumulative en cas d'administrations successives).
+ ATALUREN
Risque de potentialisation de la toxicité rénale de l'aminoside.
Associations déconseillées
+ BOTULIQUE (TOXINE)
Risque d'augmentation des effets de la toxine botulique avec les aminosides (par extrapolation à partir des effets observés au cours du botulisme).
Utiliser un autre antibiotique.
+ POLYMYXINE B
Addition des effets néphrotoxiques. Si l'association ne peut être évitée, surveillance stricte avec une justification bactériologique indiscutable.
Associations faisant l'objet de précautions d'emploi
+ CEFALOTINE
L'augmentation de la néphrotoxicité des aminosides par la céfalotine est discutée.
Surveillance de la fonction rénale.
+ CURARES
Potentialisation des curares lorsque l'antibiotique est administré par voie parentérale et/ou péritonéale avant, pendant ou après l'agent curarisant.
Surveiller le degré de curarisation en fin d'anesthésie.
+ DIURÉTIQUES DE L'ANSE
Augmentation des risques néphrotoxiques et ototoxiques de l'aminoside (insuffisance rénale fonctionnelle liée à la déshydratation entraînée par le diurétique).
Association possible sous contrôle de l'état d'hydratation, des fonctions rénale et cochléovestibulaire, et éventuellement, des concentrations plasmatiques de l'aminoside.
Associations à prendre en compte
+ AUTRES AMINOSIDES
En cas d'administrations successives : Risque accru de néphrotoxicité et d'ototoxicité (l'ototoxicité est cumulative en cas d'administrations successives).
+ AUTRES MÉDICAMENTS NÉPHROTOXIQUES
Risque de majoration de la néphrotoxicité.
+ AUTRES MÉDICAMENTS OTOTOXIQUES
Majoration de l'ototoxicité.
+ AMPHOTERICINE B
Avec l'amphotéricine B administrée par voie IV : risque accru de néphrotoxicité.
+ CICLOSPORINE
Augmentation de la créatininémie plus importante que sous ciclosporine seule, avec majoration du risque néphrotoxique.
+ ORGANOPLATINES
Addition des effets néphrotoxiques et/ou ototoxiques, notamment en cas d'insuffisance rénale préalable.
+ TACROLIMUS
Augmentation de la créatininémie plus importante que sous tacrolimus seul (synergie des effets néphrotoxiques des deux substances).
Problèmes particuliers du déséquilibre de l'INR
De nombreux cas d'augmentation de l'activité des anticoagulants oraux ont été rapportés chez des patients recevant des antibiotiques. Le contexte infectieux ou inflammatoire marqué, l'âge et l'état général du patient apparaissent comme des facteurs de risque. Dans ces circonstances, il apparaît difficile de faire la part entre la pathologie infectieuse et son traitement dans la survenue du déséquilibre de l'INR. Cependant, certaines classes d'antibiotiques sont davantage impliquées : il s'agit notamment des fluoroquinolones, des macrolides, des cyclines, du cotrimoxazole et de certaines céphalosporines.

Conditions générales d'utilisation | Contact
L'accès aux informations contenues dans ce Site est ouvert à tous les professionnels de santé.
Les informations données sur le site le sont à titre purement informatif.
Toutefois l'utilisateur exploite les données du site Medzai.net sous sa seule responsabilité : ces informations ne sauraient être utilisées sans vérification préalable par le l’internaute et Medzai.net ne pourra être tenue pour responsable des conséquences directes ou indirectes pouvant résulter de l'utilisation, la consultation et l'interprétation des informations fournies.

Repertoire des medicaments - Medzai.net, © 2016-2019