Langue - Français
Русский
 





Nolpaza - Résumé des caractéristiques du médicament

Le médicament Nolpaza appartient au groupe appelés Inhibiteurs de la pompe à protons. Cette spécialité pharmaceutique a un code ATC - A02BC02.

Principe actif: PANTOPRAZOLE
Titulaires de l'autorisation de mise sur le marché:

KRKA (SLOVENIE) - Nolpaza 20 mg- comprimé gastro-résistant(e) - 20,00 mg - - 2009-05-12

KRKA (SLOVENIE) - Nolpaza 40 mg- comprimé gastro-résistant(e) - 40,00 mg - - 2009-05-12


Partager sur les réseaux sociaux:



Formes pharmaceutiques et Dosage du médicament

  • comprimé gastro-résistante - 20 mg
  • comprimé gastro-résistante - 40 mg

Сlassification pharmacothérapeutique:

Classification ATC:

Le médicament Nolpaza enregistré en France

Nolpaza 20 mg comprimé gastro-résistant(e)

KRKA (SLOVENIE)
Dosage: 20,00 mg

Composition et Présentations

PANTOPRAZOLE20,00 mg
sous forme de :PANTOPRAZOLE SODIQUE SESQUIHYDRATÉ

Posologie et mode d'emploi Nolpaza 20 mg comprimé gastro-résistant(e)

Mode d'administration
Les comprimés de NOLPAZA 20 mg ne doivent être ni croqués ni écrasés, mais avalés entiers avec un peu d'eau avant un repas.
Traitement du reflux gastro-œsophagien modéré et des symptômes associés (pyrosis, régurgitations acides, douleur pour avaler)
La posologie recommandée est de 20 mg de pantoprazole par jour (soit un comprimé gastro-résistant de Pantoprazole 20 mg). Le soulagement des symptômes survient généralement en 2 à 4 semaines et une durée de traitement de 4 semaines est habituellement nécessaire à la guérison de l'œsophagite associée. Si cela n'est pas suffisant, la cicatrisation sera normalement obtenue après 4 semaines de traitement supplémentaire. Une fois les symptômes soulagés, la réapparition des symptômes peut être maîtrisée à l'aide d'un traitement à la demande de 20 mg une fois par jour en cas de besoin. Le passage à un traitement continu peut être envisagé lorsqu'une maîtrise satisfaisante des symptômes n'est pas possible par un traitement à la demande.
Traitement d'entretien et prévention des récidives d'œsophagites par reflux gastro-œsophagien
Dans le traitement d'entretien, la posologie recommandée est de 20 mg de pantoprazole par jour (soit un comprimé gastro-résistant de Pantoprazole 20 mg). En cas de récidive, la dose peut être portée à 40 mg de pantoprazole par jour. Dans ce cas, des comprimés gastro-résistants de 40 mg de NOLPAZA sont disponibles. Après cicatrisation, la posologie sera de nouveau ramenée à 20 mg par jour.
Prévention des ulcères gastro-œsophagiens induits par les anti-inflammatoires non stéroïdiens non sélectifs (AINS) chez les patients à risque pour lesquels un traitement anti-inflammatoire doit être poursuivi

Comment utiliser Nolpaza Montrer plus >>>

Présentations et l’emballage extérieur

Nolpaza 40 mg comprimé gastro-résistant(e)

KRKA (SLOVENIE)
Dosage: 40,00 mg

Composition et Présentations

PANTOPRAZOLE40,00 mg
sous forme de :PANTOPRAZOLE SODIQUE SESQUIHYDRATÉ

Posologie et mode d'emploi Nolpaza 40 mg comprimé gastro-résistant(e)

Mode d'administration
Les comprimés de NOLPAZA 40 mg ne doivent être ni croqués ni écrasés, mais avalés entiers avec un peu d'eau avant ou pendant le petit déjeuner.
Ulcère duodénal
La posologie recommandée est de 40 mg de pantoprazole par jour (soit un comprimé gastro-résistant de NOLPAZA 40 mg). Les ulcères duodénaux cicatrisent généralement en deux semaines. Si cela n'est pas suffisant, la cicatrisation sera obtenue dans la plupart des cas après deux semaines de traitement supplémentaires.
Ulcère gastrique et reflux gastro-œsophagien modéré à sévère
La posologie recommandée est de 40 mg de pantoprazole par jour (soit un comprimé gastro-résistant de NOLPAZA 40 mg). Les ulcères gastriques et l'œsophagite par reflux cicatrisent généralement en quatre semaines. Si cela n'est pas suffisant, la cicatrisation sera obtenue dans la plupart des cas après quat re semaines de traitement supplémentaires.
Eradication de Helicobacter pylori

Comment utiliser Nolpaza Montrer plus >>>

Présentations et l’emballage extérieur


Comment utiliser, Mode d'emploi - Nolpaza

Indications

Pour le soulagement des symptômes et le traitement à court terme des affections gastro-intestinales nécessitant une diminution de la sécrétion acide:
Ulcère duodénal
Ulcère gastrique
Œsophagite modérée et sévère par reflux
En association à un traitement antibiotique, éradication de Helicobacter pylori chez les patients présentant un ulcère gastro-duodénal
Syndrome de Zollinger-Ellison et autres états hypersécrétoires

Pharmacodynamique

Le pantoprazole est un benzimidazole substitué, qui inhibe la sécrétion d'acide chlorhydrique dans l'estomac, par action spécifique sur les pompes à protons des cellules pariétales.
Le pantoprazole est converti dans sa forme active dans le canal acide des cellules pariétales où il inhibe l'enzyme H+, K+-ATPase, c'est-à-dire au niveau de la phase terminale de sécrétion d'acide chlorhydrique dans l'estomac. L'inhibition est dose-dépendante et affecte à la fois la sécrétion acide basale et la sécrétion acide stimulée. Chez la plupart des patients, les symptômes disparaissent en deux semaines. Comme avec les autres inhibiteurs de la pompe à protons et les inhibiteurs des récepteurs H2, le traitement avec le pantoprazole entraine une réduction de l'acidité de l'estomac et donc une augmentation de la gastrine proportionnelle à la diminution de l'acidité. Cette augmentation de la gastrine est réversible. Puisque le pantoprazole se lie à l'enzyme située postérieurement au niveau des récepteurs cellulaires, il peut inhiber la sécrétion acide gastrique, quelle que soit la nature du stimulus (acétylcholine, histamine, gastrine). L'effet est le même, que le produit soit administré oralement ou par voie intraveineuse.
La gastrinémie à jeun est augmentée sous pantoprazole. En traitement de courte durée, les valeurs de gastrinémie ne dépassent pas les limites supérieures de la normale. Cependant, ces valeurs doublent le plus souvent lors des traitements au long cours. Toutefois l'augmentation n'est excessive que dans des cas isolés. En conséquence, une augmentation légère à modérée du nombre des cellules endocrines de l'estomac (cellules ECL), peut être observée dans une minorité de cas, pendant un traitement à long terme (de l'hyperplasie simple à adénomatoïde). Cependant, d'après les études réalisées jusqu'à présent , la formation de précurseurs carcinoïdes (hyperplasie atypique) ou de carcinoïdes gastriques peut être exclue pour l'homme.
Au vu des résultats des études portant sur l'animal, il n'est pas possible d'exclure totalement une influence sur les paramètres endocriniens de la thyroïde ou sur les enzymes hépatiques, lors de traitement au long cours de plus d'un an avec le pantoprazole.

Pharmacocinétique

Pharmacocinétique générale
Le pantoprazole est rapidement absorbé et la concentration plasmatique maximale est atteinte même après administration d'une seule dose per os. En moyenne, les concentrations sériques maximales, soit 2-3 µg/ml, sont atteintes en 2 heures à 2,5 heures environ après administration; ces valeurs restent ensuite constantes après administrations multiples. Le volume de distribution est d'environ 0,15 l/kg et la clairance est d'environ 0,1 l/h/kg.
La demi-vie est d'environ 1 h. Il existe quelques cas de sujets présentant une élimination ralentie. Du fait de cette liaison spécifique du pantoprazole aux pompes à protons des cellules pariétales, la demi-vie d'élimination n'est pas corrélée avec la plus longue durée d'action (inhibition de la sécrétion acide).
Les caractéristiques pharmacocinétiques ne varient pas après administration unique ou administration répétée. Dans l'intervalle de doses de 10 à 80 mg, la cinétique plasmatique du pantoprazole est linéaire après administration orale ou intraveineuse.
La liaison aux protéines sériques est d'environ 98%. Le principe actif est presque exclusivement métabolisé par le foie. L'élimination rénale représente la voie majeure d'excrétion (environ 80%) pour les métabolites du pantoprazole, le reste étant éliminé dans les selles. Le métabolite principal à la fois dans le sang et dans les urines est le déméthylpantoprazole sous forme sulfoconjuguée. La demi-vie du métabolite principal (environ 1,5 h) n'est pas plus longue que celle du pantoprazole.
Biodisponibilité
Le pantoprazole est complètement absorbé après administration orale. La biodisponibilité absolue à partir des comprimés est d'environ 77%. L'administration concomitante de nourriture n'a pas d'influence sur l'AUC, la concentration sérique maximale et donc la biodisponibilité. Seule la variabilité sur le temps de latence sera augmentée par une absorption concomitante de nourriture.
Caractéristiques chez les patients/certains sous-groupes
Aucun ajustement posologique n'est nécessaire chez les patients souffrant d'insuffisance rénale (dont les patients hémodialysés). Comme pour les sujets sains, la demi-vie du pantoprazole est courte. Seules de très petites quantités de pantoprazole peuvent être dialysées. Bien que le principal métabolite ait une demi-vie légèrement retardée (2-3 h), l'excrétion est toujours rapide et donc il n'y a pas d'accumulation. Cependant la dose journalière de 40 mg de pantoprazole ne doit pas être dépassée chez les patients souffrant d'insuffisance rénale.
Bien que, chez les patients atteints de cirrhose du foie (classes A et B dans la classification de Child), la demi-vie atteigne entre 7 et 9 heures, et que les valeurs d'ASC aient augmenté d'un facteur de 5 à 7, la concentration sérique maximale n'a augmenté que légèrement, d'un facteur de 1,5, comparativement aux sujets sains.
La légère augmentation de l'ASC et de la Cmax chez les volontaires âgés comparativement aux sujets plus jeunes n'est pas non plus cliniquement pertinente.
Enfant
Après administration de doses orales uniques de 20 ou de 40 mg de pantoprazole à des enfants de 5-16 ans, l'ASC et la Cmax étaient comprises dans la plage des valeurs correspondantes pour l'adulte. Après administration de doses intraveineuses uniques de 0,8 ou 1,6 mg/kg de pantoprazole à des enfants de 2- 16 ans, aucun lien significatif entre la clairance du pantoprazole et l'âge ou le poids n'a été observé. L'ASC et le volume de distribution correspondaient aux données observées chez l'adulte.

Effets indésirables

Fréquent: > 1/100 et < 1/10
Peu fréquent: > 1/1000 et < 1/100
Rare: > 1/10 000 et < 1/1000
Très rare: < 1/10 000, y compris cas isolés
Fréquence Fréquent Peu fréquent Rare Très rare
Système d'organe
Affections hématologiques et du système lymphatique
Leucopénie, thrombocytopénie
Affections du système immunitaire
Réactions allergiques dont choc anaphylactique
Affections psychiatriques
Dépression, hallucination, désorientation et confusion, en particulier chez les patients prédisposés, ainsi qu'aggravation de ces symptômes lorsqu'ils étaient préexistants
Affections du système nerveux
Céphalée
Vertiges, troubles visuels (vision floue)
Affections gastro-intestinales
Douleur abdominale haute, diarrhée, constipation, flatulence
Nausée, vomissement
Sécheresse de la bouche
Affections hépatobiliaires
Atteinte hépatocellulaire sévère entrainant une jaunisse avec ou sans insuffisance hépatique
Affections de la peau et du tissus sous-cutané
Réactions allergiques comme rash et éruptions cutanées
Urticaire, angiœdème, réactions cutanées sévères comme syndrome de Stevens-Johnson, érythème multiforme, syndrome de Lyell, photosensibilité
Affections musculo-squelettiques et systémiques
Arthralgie
Myalgie
Affections du rein et des voies urinaires
Néphrite interstitielle
Troubles généraux et anomalies au site d'administration
Œdème périphérique régressant à l'arrêt du traitement
Investigations
Elévation des enzymes hépatiques (transaminases, γ-glutamyltransférase), élévation des triglycérides, élévation de la température corporelle

Contre-indications

Hypersensibilité au pantoprazole ou à l'un des excipients.
Le pantoprazole, comme les autres inhibiteurs de la pompe à protons, ne doit pas être administré conjointement avec de l'atazanavir .

Grossesse/Allaitement

L'expérience clinique chez la femme enceinte est limitée. Au cours d'études sur la reproduction animale, de faibles signaux de fœtotoxicité ont été observés à des doses supérieures à 5 mg/kg.
Il n'y a pas de données humaines sur l'excrétion du pantoprazole dans le lait.
Les comprimés de pantoprazole ne doivent être administrés que si le bénéfice pour la mère est considéré comme supérieur au risque potentiel pour le fœtus ou l'enfant.

Surdosage

Les symptômes du surdosage chez l'homme ne sont pas connus.
Des doses atteignant 240 mg on été administrées par voie injectable en deux minutes et ont été bien tolérées. Comme le pantoprazole est largement lié aux protéines, il n'est pas dialysable.
Les cas de surdosage ou d'intoxication seront traités conformément à la pratique standard de traitement des états toxiques.

Interactions avec d'autres médicaments

Le pantoprazole peut réduire l'absorption de médicaments dont la biodisponibilité est pH-dépendante (par exemple kétoconazole, itraconazole, atazanavir).
Il a été montré que l'administration conjointe d'atazanavir 300 mg/ritonavir 100 mg et d'oméprazole (40 mg une fois par jour) ou d'atazanavir 400 mg et de lansoprazole (dose unique de 60 mg) à des volontaires sains entraînait une diminution substantielle de la biodisponibilité de l'atazanavir. L'absorption de l'atazanavir dépend du pH. C'est pourquoi les IPP, dont le pantoprazole, ne doivent pas être administrés en même temps que l'atazanavir .
Le pantoprazole est métabolisé dans le foie par le système enzymatique du cytochrome P450. Des interactions avec les produits métabolisés par le même système enzymatique ne peuvent être exclues. Toutefois, aucune interaction cliniquement significative n'a été observée avec plusieurs de ces médicaments ou composés: carbamazépine, caféine, diazépam, diclofénac, digoxine, éthanol, glibenclamide, métoprolol, naproxène, nifédipine, phénytoïne, piroxicam, théophylline et contraceptifs oraux.
Bien qu'aucune interaction entre le pantoprazole et la phenprocoumone ou la warfarine n'ait été observée dans les études de pharmacocinétiques cliniques, quelques cas isolés issus des données post-marketing de modification des valeurs INR ont été observés suite à l'administration concomitante de ces substances. Si le patient utilise des anticoagulants du type coumarine, il est recommandé de mesurer le temps de prothrombine / RIN après instauration et arrêt du traitement par le pantoprazole et en cas d'utilisation irrégulière du pantoprazole.
Aucune interaction n'a été observée avec d'autres antiacides administrés concomitamment.

Mises en garde et précautions

Il n'est pas recommandé d'administrer concomitamment l'atazanavir et les inhibiteurs de la pompe à protons . Si toutefois cette association est inévitable, une surveillance clinique attentive est recommandée en association avec une augmentation de la dose d'atazanavir à 400 mg avec 100 mg de ritonavir. L'équivalent en doses d'inhibiteurs de la pompe à protons de 20 mg d'oméprazole ne doit pas être dépassé.
Chez les patients souffrant d'insuffisance hépatique sévère, les taux d'enzymes hépatiques doivent être contrôlés régulièrement pendant le traitement par pantoprazole, particulièrement lors des traitements à long terme. Si les taux d'enzymes hépatiques augmentent, le traitement par pantoprazole devra être arrêté (voir paragraphe 4.2.).
L'administration de NOLPAZA 20 mg comprimé gastro-résistant comme traitement préventif des ulcères gastro-duodénaux induits par les anti-inflammatoires non stéroïdiens non sélectifs (AINS) doit être réservée aux patients chez lesquels un traitement par AINS doit être poursuivi et présentant un risque accru de développer des complications gastro-duodénales. L'augmentation du risque doit être évaluée en fonction des facteurs de risque individuels tels que l'âge (> 65 ans), les antécédents d'ulcère gastro-duodénal ou d'hémorragie digestive haute.
La diminution de l'activité gastrique, quel qu'en soit le moyen - dont l'administration d'inhibiteurs de la pompe à protons - augmente le nombre de bactéries normalement présentes dans le tractus digestif. Le traitement par des antiacides peut entrainer une légère augmentation des infections gastro-intestinales, telles que les infections à Salmonella et Campylobacter.
Le pantoprazole, tout comme les autres antisécrétoires, peut réduire l'absorption de la vitamine B12 (cyanocobalamine) par hypo- ou achlorhydrie. Cet élément doit être pris en compte lors du traitement à long terme de patients dont les réserves corporelles en vitamine B12 sont faibles ou qui présentent des facteurs de risque de malabsorption de la vitamine B12.
Pour les traitements d'entretien, notamment d'une durée supérieure à un an, une surveillance régulière des patients sera nécessaire.
Avant le traitement, il convient d'exclure toute atteinte maligne de l'œsophage ou de l'estomac car le traitement par le pantoprazole peut apaiser les symptômes d'une maladie maligne et ainsi en retarder le diagnostic.
Les patients ne répondant pas au traitement au bout de 4 semaines doivent être examinés.
Il n'y a aucune expérience de l'utilisation du pantoprazole chez l'enfant de moins de 12 ans.
Les comprimés de NOLPAZA contiennent du sorbitol. Les patients souffrant d'une intolérance héréditaire au fructose ne doivent pas prendre cette spécialité.

Nolpaza comprimé.Comment utiliser,posologie,mode d'emploi et contre-indications.Les analogues- Medzai.net

L'accès aux informations contenues dans ce Site est ouvert à tous les professionnels de santé.
Les informations données sur le site le sont à titre purement informatif.
Toutefois l'utilisateur exploite les données du site Medzai.net sous sa seule responsabilité : ces informations ne sauraient être utilisées sans vérification préalable par le l’internaute et Medzai.net ne pourra être tenue pour responsable des conséquences directes ou indirectes pouvant résulter de l'utilisation, la consultation et l'interprétation des informations fournies.

Repertoire des medicaments - Medzai.net, © 2016-2019