Langue - Français
Русский
 





C34.9 Bronche ou poumon, sans précision

C34 Tumeur maligne des bronches et du poumon

C34.0 Bronche souche

C34.1 Lobe supérieur, bronches ou poumon

C34.2 Lobe moyen, bronches ou poumon

C34.3 Lobe inférieur, bronches ou poumon

C34.8 Lésion à localisations contiguës des bronches et du poumon

C34.9 Bronche ou poumon, sans précision



Les Substances actives utilisés pour traiter "C34.9 Bronche ou poumon, sans précision"

est indiqué en monothérapie dans les traitements suivants :
  • Patients adultes naïfs de TKI anti EGFR (récepteur du facteur de croissance épidermique) atteints d'un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) localement avancé ou métastatique qui présente une (des) mutation(s) activatrice(s) de l'EGFR.
  • Patients adultes ayant un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) de type épidermoïde, localement avancé ou métastatique, progressant sous ou après chimiothérapie à base de platine .

USAGE SYSTEMIQUELes indications sont : celles de la corticothérapie générale per os lorsque la voie parentérale est nécessaire en cas d'impossibilité de la voie orale (vomissements, aspiration gastrique, troubles de la conscience) ; Les affections nécessitant un effet thérapeutique rapide.
Allergiques : œdème de Quincke sévère en complément des antihistaminiques ; choc anaphylactique en complément de l'adrénaline.

Carcinomes épidermoïdes.
Lymphomes hodgkiniens et non hodgkiniens.

La calcitonine est indiquée dans: Prévention de la perte osseuse aiguë liée à une immobilisation soudaine, notamment chez les patients avec des fractures ostéoporotiques récentes.
Maladie de Paget.

Carcinome de l'ovaire d'origine épithéliale.
Carcinome bronchique à petites cellules.

Leucémies aiguës myéloblastiques.
Le chlorhydrate d’idarubicine, en association avec la cytarabine est indiqué dans le traitement de 1ère ligne d’induction de la rémission chez des enfants non précédemment traités et atteints de leucémie aiguë myéloïde (LAM).

Les indications thérapeutiques sont limitées à: tumeurs du testicule, tumeurs de l'ovaire, tumeurs du col de l'utérus, tumeurs de l'endomètre, tumeurs de la sphère O.R.L., tumeurs de l'œsophage, tumeurs de la vessie, cancers épidermoïdes, cancers bronchiques, cancers de l'estomac.Le cisplatine est habituellement utilisé en polychimiothérapie en association avec d'autres médicaments antinéoplasiques.

Le cyclophosphamide peut être utilisé seul ou en association avec d’autres agents chimiothérapeutiques, selon l’indication.
Le cyclophosphamide est indiqué pour le traitement de : leucémie lymphocytaire chronique (LLC), leucémie lymphocytaire aiguë (LLA), pour le conditionnement avant une greffe de moelle osseuse, dans le traitement de la leucémie lymphoblastique aiguë, de la leucémie myélogène chronique et de la leucémie myélogène aiguë : en association avec une irradiation totale du corps ou le busulfan, lymphome de Hodgkin, lymphome non hodgkinien et myélome multiple, cancer métastatique de l’ovaire et du sein, traitement adjuvant du cancer du sein, sarcome d’Ewing, cancer bronchique à petites cellules, neuroblastome avancé ou métastatique, maladies autoimmunes engageant le pronostic vital, comme les formes progressives sévères de néphrite lupique et la granulomatose de Wegener.

La dacarbazine est indiquée dans le traitement du mélanome malin métastatique.
Les autres indications de la dacarbazine dans le cadre d’une chimiothérapie d’association sont : Maladie de Hodgkin.

est indiqué dans le traitement des patients adultes présentant :
  • Une baisse d'acuité visuelle due à un œdème maculaire diabétique (OMD) chez des patients pseudophaques, ou considérés comme insuffisamment répondeurs à un traitement non corticoïde ou pour lesquels un traitement non corticoïde ne convient pas.
  • Un œdème maculaire suite à une occlusion de la branche veineuse rétinienne (OBVR) ou de la veine centrale de la rétine (OVCR).
  • Une inflammation du segment postérieur de l'œil de type uvéite non infectieuse .

Carcinomes du sein.
Sarcomes des os et des parties molles.

Cancer Bronchique Non à Petites Cellules (CBNPC):, comprimé pelliculé est indiqué en première ligne de traitement des formes localement avancées ou métastatiques du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) chez les patients présentant des mutations activatrices de l’EGFR., comprimé pelliculé est également indiqué dans le traitement de switch maintenance des formes localement avancées ou métastatiques du CBNPC chez les patients avec mutation activatrice de l’EGFR et présentant une maladie stable après une première ligne de chimiothérapie., comprimé pelliculé est également indiqué dans le traitement des formes localement avancées ou métastatiques du CBNPC après échec d'au moins une ligne de chimiothérapie.Lors de la prescription de , comprimé pelliculé, les facteurs associés à une survie prolongée doivent être pris en considération.Aucun bénéfice en survie ou autres effets cliniquement significatifs du traitement n’ont été démontrés chez les patients dont l’expression du récepteur au facteur de croissance épidermique (EGFR) de la tumeur (déterminée par IHC) était négative .Cancer du pancréas:, comprimé pelliculé, en association à la gemcitabine, est indiqué dans le traitement du cancer du pancréas métastatique.Lors de la prescription de , comprimé pelliculé, les facteurs associés à une survie prolongée doivent être pris en considération .Aucun avantage en survie n’a été montré chez les patients ayant une maladie localement avancée.

est indiqué chez l’adulte dans la prise en charge : des tumeurs testiculaires non-séminomateuses résistantes, en association à d’autres agents de chimiothérapie du cancer bronchique à petites cellules, en association à d’autres agents de chimiothérapie de la leucémie aiguë monoblastique de type 5 (LAM M5) et de la leucémie aiguë monoblastique de type 4 (LAM M4), en cas d’échec du traitement d’induction standard (en association à d’autres agents de chimiothérapie).

est indiqué en monothérapie chez les adultes dans le traitement du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) localement avancé ou métastatique avec mutations activatrices de l’EGFR-TK .

La gemcitabine est indiquée dans le traitement du cancer de la vessie localement avancé ou métastatique, en association avec le cisplatine.
La gemcitabine est indiquée dans le traitement de patients atteints d'adénocarcinome du pancréas localement avancé ou métastatique.

Traitement glucocorticoïde de substitution au cours de l'insuffisance surrénale : insuffisance surrénale primitive : maladie d'Addison, surrénalectomie, insuffisance surrénale d'origine hypophysaire : syndrome de Sheehan, insuffisances hypophysaires de causes diverses, hyperplasie congénitale des surrénales avec ou sans syndrome de perte de sel (syndrome de Debré-Fibiger).

Sarcomes des tissus mous et sarcomes ostéogéniques chez l'enfant et l'adulte Lymphomes non hodgkiniens Cancer de l'ovaire en rechute Cancers bronchiques à petites cellules et non à petites cellules Rechute de lymphome hodgkinien, de carcinome testiculaire, Cancer du col utérin métastatique Cancer du sein métastatique Cancer de la sphère ORL en rechute ou métastatique Rechute de leucémie aiguë lymphoblastique

Tumeurs cérébrales primitives et secondaires, Cancers bronchopulmonaires épidermoïdes et à petites cellules, Lymphomes hodgkiniens et non hodgkiniens, Myélomes, Mélanomes malins.
est utilisée en mono ou en polychimiothérapie.

Psoriasis de l'adulte: psoriasis en grandes plaques, étendu et résistant aux thérapeutiques classiques (puvathérapie, rétinoïdes), érythrodermie psoriasique, psoriasis pustuleux généralisé.
Compte-tenu des incertitudes sur la tolérance à long terme, l'utilisation avant l'âge de 50 ans doit être soigneusement pesée.

Maladie de Horton, lupus, vascularites.
Affections neurologiques : œdèmes cérébraux dans le cadre de tumeurs cérébrales, en pré-opératoires pendant 2 à 3 jours, toxoplasmose cérébrale en début de traitement, lymphomes cérébraux en durée limitée en cas de réponse ou en traitement prolongé en l'absence de réponse.

Adénocarcinomes de l'estomac, du pancréas, du côlon, du rectum, du sein et leurs métastases.

La mitoxantrone est indiquée dans le traitement du cancer du sein métastatique.La mitoxantrone est indiquée dans le traitement du lymphome non hodgkinien.La mitoxantrone est indiquée dans le traitement de la leucémie myéloïde aiguë (LMA) chez l'adulte.La mitoxantrone, en traitement combiné, est indiquée dans le traitement d'induction de la rémission de la crise blastique dans la leucémie myéloïde chronique.La mitoxantrone est indiquée en association à des corticostéroïdes pour le traitement palliatif (par ex., soulagement de la douleur) lié au cancer avancé de la prostate résistant à la castration.La mitoxantrone est indiquée dans le traitement des patients atteints de sclérose en plaques récurrente hautement active associée à une invalidité évoluant rapidement lorsqu'aucune alternative thérapeutique n'existe .

Carcinome de l'ovaire: en traitement de première intention du cancer de l'ovaire chez les patientes présentant une maladie avancée ou résiduelle (> 1 cm) après laparotomie initiale, en association avec le cisplatine; en traitement de deuxième intention du cancer de l'ovaire chez les patientes présentant un carcinome métastatique de l'ovaire après échec du traitement classique à base de sels de platine.Carcinome du sein:En traitement adjuvant, est indiqué dans le traitement du carcinome du sein avec envahissement ganglionnaire après un traitement par anthracycline et cyclophosphamide (AC).Le traitement adjuvant par doit être considéré comme une alternative à une prolongation du traitement par AC.Administré seul, est aussi indiqué pour le traitement des carcinomes métastatiques du sein pour les patientes en échec, ou non candidates, au traitement classique à base d'anthracycline.Cancer bronchique non à petites cellules avancé:, en association avec le cisplatine est indiqué pour le traitement du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) chez les patients qui ne sont pas candidats à une chirurgie potentiellement curative et/ou une radiothérapie.Sarcome de Kaposi lié au SIDA: est indiqué dans le traitement des patients en stade avancé du sarcome de Kaposi lié au SIDA et après échec d'un traitement antérieur par des anthracyclines liposomales.

Mésothéliome pleural malin, en association avec le cisplatine, est indiqué dans le traitement des patients atteints de mésothéliome pleural malin non résécable et qui n’ont pas reçu de chimiothérapie antérieure.
Cancer bronchique non à petites cellules, en association avec le cisplatine, est indiqué dans le traitement en première ligne des patients atteints de cancer bronchique non à petites cellules localement avancé ou métastatique, dès lors que l’histologie n’est pas à prédominance épidermoïde .

AFFECTIONS OU MALADIES : COLLAGENOSES-CONNECTIVITES Poussées évolutives de maladies systémiques, notamment : lupus érythémateux disséminé, vascularite, polymyosite, sarcoïdose viscérale.
DERMATOLOGIQUES dermatoses bulleuses autoimmunes sévères, en particulier pemphigus et pemphigoïde bulleuse, formes graves des angiomes du nourrisson, certaines formes de lichen plan, certaines urticaires aiguës, formes graves de dermatoses neutrophiliques.

Lymphome de Hodgkin.
Lymphomes non hodgkiniens, formes ganglionnaires et viscérales.

La vincristine est généralement utilisée en polychimiothérapie dans les indications suivantes : induction et consolidation de la rémission de la leucémie aiguë lymphoblastique ; maladie de Hodgkin ; lymphomes non hodgkiniens ; cancer du sein métastatique (traitement palliatif des cas résistants aux traitements usuels) ; cancer bronchique à petites cellules ; sarcomes (sarcome ostéogénique, sarcome d’Ewing, rhabdomyosarcome); tumeur de Wilms ; neuroblastome.Monothérapie : purpura thrombopénique idiopathique résistant aux traitements usuels (maladie de Werlhof).

Cancer de l’ovaire.
Cancer du sein.

en monothérapie est indiqué dans le traitement : des patientes atteintes d’un cancer métastatique de l’ovaire après l’échec du traitement de première ligne ou du traitement ultérieur des patients présentant une récidive de cancer du poumon à petites cellules (CPPC) et chez qui la reprise du traitement de première ligne n’est pas jugée appropriée .
En association avec le cisplatine, le topotécane est indiqué chez les patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus en rechute après radiothérapie ou atteintes d’une tumeur de stade IVB.

Maladie de Hodgkin et lymphomes non hodgkiniens ; Cancer du testicule ; Sarcome de Kaposi ; Choriocarcinomes ; Cancer de l'ovaire ; Cancer du sein ; Cancer du rein ; Cancer de la vessie ; Certains cas d'histiocytose.

Leucémies aiguës lymphoblastiques et lymphomes réfractaires à la chimiothérapie (autres agents cytostatiques).Certaines tumeurs solides : sein, œsophage, voies aérodigestives supérieures, cancer broncho-pulmonaire.

cancer du poumon non à petites cellules, cancer du sein métastatique.



La liste des médicaments pour le traitement de la maladie - C34.9 Bronche ou poumon, sans précision:

Conditions générales d'utilisation | Contact
L'accès aux informations contenues dans ce Site est ouvert à tous les professionnels de santé.
Les informations données sur le site le sont à titre purement informatif.
Toutefois l'utilisateur exploite les données du site Medzai.net sous sa seule responsabilité : ces informations ne sauraient être utilisées sans vérification préalable par le l’internaute et Medzai.net ne pourra être tenue pour responsable des conséquences directes ou indirectes pouvant résulter de l'utilisation, la consultation et l'interprétation des informations fournies.

Repertoire des medicaments - Medzai.net, © 2016-2019